Souvent pour atteindre nos objectifs, il est préférable de les découper en blocs, en étapes. Pour ma part, j’ai divisé la réalisation de mes résolutions en 12 mois. Facile? Pas si facile… Voici tout d’abord un résumé de mes résolutions. Vous pouvez cliquer ici pour lire le texte intégral et mieux comprendre ce qui m’a poussé à choisir ces objectifs pour 2018.

1.       Lire 12 livres en 2018

2.       Courir 1500 km en 2018

3.       Être heureux 5 minutes à tous les jours

4.       Ne pas boire d’alcool en 2018

Un mois de 28 jours, une chance!

                Malgré le fait que le mois de février n’ait que 28 jours, je l’ai trouvé bien plus long que janvier pour ce qui est de mes résolutions! Tout est une question d’état d’esprit. Avec le temps et l’expérience, j’ai appris qu’il arrive une partie plus monotone dans la réalisation d’un projet, moins palpitante. Quand l’effervescence du début est disparue, il y a toujours un petit creux. Lorsque vous prenez le départ d’un marathon, le 1er kilomètre est toujours magique. Mais rendu au 10ème, au moment où tu réalises qu’il t’en reste encore 32km à faire, tu comprends que ce sera long. Voilà comment je me suis senti en février! Ce fut un mois avec quelques hauts et quelques bas. Je vous raconte…

 

1.       Lire 12 livres en 2018.

                Vous ne serez pas surpris si je vous dis qu’un jour, j’aimerais bien écrire un livre, c’était prévisible! Mais je ne suis pas encore prêt. Je cherche mon style, mon sujet, ma démarche. Comme j’aime bien les suspenses et l’horreur, je me suis dit que février, je pourrais lire des livres québécois d’horreur ou de fantastique, histoire de voir si cela m’inspirerait pour écrire quelque chose.

1er livre lu en février : La balade des tordus de Michel Châteauneuf.

                Honnêtement, difficile à lire. Tordu comme livre. Dérangeant. Catégorisé comme un roman noir, j’avoue qu’à maintes reprises j’ai fermé le livre en me disant que c’était assez. La curiosité m’a poussé à le finir, mais disons qu’il faut accepter d’être inconfortable en lisant ce roman. Je ne suis pas certain de vous le conseiller…

2ème livre :  La mémoire du lac de Joël Champetier

                Histoire qui se déroule sur les bords du lac Témiscamingue. Bien écrit, bonne histoire avec un peu de fantastique, un personnage principal troublé mais auquel on s’attache. J’ai aimé.

Je suis donc rendu à 5 livres sur 12 à lire en 2018. Est-ce que je vais me lancer dans le roman d’horreur? Pas certain…

 

2.       Courir 1500 km en 2018.

                Si on fait le décompte, cela équivaut en moyenne à 125 km par mois pour atteindre l’objectif. J’en ai couru 39 en février. 39 petits km pour un total de 144 en 2 mois. Il va y avoir du rattrapage à faire pour les prochains mois! Mon total mensuel vient d’augmenter à 136 km à faire par mois pour réussir. Ce n’est rien d’impossible, au contraire. Cela nécessitera un peu plus de discipline.

Par contre, j’ai une bonne raison. Attention, je n’ai pas dit que j’avais une bonne excuse! J’ai simplement pédalé en février!

12h sur un vélo stationnaire.

                Mon amie Guylaine Maltais m’a parlé au début du mois d’un défi cycliste, l’objectif étant d’amasser des fonds pour la fondation Interval. Trouvant l’idée très bonne, j’ai décidé d’embarquer et un autre ami, Jocelyn Brouillette de Mauricie Toyota, m’a proposé de me commanditer afin que je fasse le défi 12 heures. C’est simple, il suffit de s’asseoir 12h sur un vélo, dans le milieu d’un centre d’achat, et de pédaler, ce que j’ai fait le 24 février dernier! Je suis très fier d’avoir réussi ce défi, mais surtout d’avoir amassé 640$ au total sur un objectif de 250$! Merci à tous ceux qui ont donné et aussi à tous ceux qui sont passés lors de cette journée!

Donc, j’ai moins couru en février, mais j’ai pédalé! Pour les curieux, j’en ai eu pour quelques jours à avoir de la difficulté à m’asseoir!

Une petite ligne pour saluer Jessica Bélisle qui a relevé également ce défi, mais qui surtout a fait un total de plus de 360 km en 12 heures sur un vélo stationnaire (un record), le tout en souriant. Vraiment forte la fille!

Le Tor des Géants.

                Comme je l’ai raconté dans un texte précédent, j’ai mis mon nom dans un chapeau en espérant être tiré pour participer au Tor des Géants, une course de 330 km dans les montagnes en Italie. Malheureusement, ce ne sera pas cette année, mon nom n’est pas sorti du chapeau. Déçu? Assurément. Mais comme mes chances augmentent automatiquement pour 2019, ce n’est que partie remise. J’ai d’ailleurs d’autres projets dont je vous parlerai sur sortezcourir.ca.

 

3.       5 minutes de bonheur par jour.

Avec les jours qui passent, je réalise que c’est très facile d’être heureux 5 minutes par jour. Essayez, vous verrez! Le seul défi consiste à réaliser qu’on est heureux, donc prendre le temps de l’apprécier. Lorsque je vais porter ma petite à la garderie à pied, lorsque je prends le temps de faire les devoirs des enfants en profitant de ce moment privilégié ou lorsque je me colle sur ma blonde en allant me coucher…Ce sont des petits moments faciles à apprécier!

 

4.       Pas d’alcool en 2018.

J’ai échoué!!!!! Honte à moi!!! J’ai bu du vin, je l’avoue… Vous vous rappelez du défi 12h de vélo? Hé bien en revenant à la maison, cette fameuse journée, je me suis acheté une bonne bouteille de vin pour boire avec ma douce. J’étais fier et fatigué, me disant que faire une entorse à ma résolution dans ce contexte précis était acceptable. D’ailleurs peu importe le jugement des autres, pour moi ce l’était!

Donc j’achète la bouteille. J’arrive à la maison, discute avec ma blonde qui avait fait un super souper. J’ouvre la bouteille et prends une première gorgée. Moi qui m’attendais à une explosion de bonheur dans la bouche, à savourer ce nectar, à me sentir délivré d’une pression immense… Ce ne fut pas le cas. La première gorgée fut décevante malgré la qualité du vin. Nous avons bu la bouteille et la dernière gorgée n’était pas plus extraordinaire. Je me suis levé le lendemain matin avec ce petit manque d’énergie associé au vin bu la veille. Bref, le test est relevé, je continue mon année d’abstinence et finalement, c’est beaucoup plus facile que je ne le croyais!

Petite histoire intéressante.

        Ne pas boire d’alcool est un défi face à soi-même. Ce serait facile de faire semblant de ne pas boire. Les soupers entre amis ou l’apéro avec ma blonde sont des moments où il est simple de boire autre chose. Mais le réel défi est le suivant. Lorsque ma blonde va se coucher et qu’elle laisse sa coupe de vin sur le comptoir, il m’est arrivé à quelques reprises d’avoir le goût d’y mettre les lèvres. Une simple gorgée. Personne ne le saura, simplement pour me rappeler du goût. Pas pour boire la coupe au complet et encore moins la bouteille, juste goûter. Je ne l’ai pas fait, mais c’est assurément le moment le plus tough.

Toi face à toi.

À la fin de 2018, il n’y aura pas de médailles ni de feux d’artifices pour souligner ma réussite. Mais lorsque je me regarderai dans le miroir, parce que je ne me suis pas menti et que je n’aurai pas trempé mes lèvres dans la coupe de ma blonde, je pourrai dire que j’ai réussi!

 

Photo de Darkness sur Unsplash

 

Please follow and like us: